Jouer
Le jeu, c'est sérieux !

Il y a quelque temps, une quinzaine de personnes étaient rassemblées autour de l'éveil à la foi des petits. Une maman avait amené sa fille de 5 ans... qui a beaucoup joué, d'autant plus qu'elle avait bien conscience qu'elle attirait les regards. A la fin de la réunion, la maman, gênée, a demandé d'excuser le trouble causé par sa fille. Mais la petite fille était-elle moins "sérieuse" que les adultes ? A tous les âges, le jeu est un excellent moyen de communication, d'échange, d'apprentissage et de découverte, jamais du temps perdu, particulièrement riche pour les grands-parents...

On admet volontiers que les enfants jouent. C'est "de leur âge", quel qu'il soit. Mais pas n'importe où, n'importe quand et n'importe comment. C'est partiellement justifié. Un enfant doit peu à peu comprendre qu'il n'est pas le centre de l'univers (découverte traumatisante !) et qu'il doit respecter une règle du jeu qui lui échappe et qui s'impose à lui sans qu'on lui ait demandé son avis. Mais inversement, les éducateurs doivent pouvoir intégrer la dimension du jeu dans les activités qu'ils proposent : pour un enfant, jouer, ce n'est pas seulement sérieux, c'est vital. Il aura largement le temps de se composer une mine de carême pour faire sérieux à la messe : pour l'instant, il se construit, le jeu est le chemin de sa découverte du monde. C'est donc aussi un itinéraire majeur de l'éveil, de la vie comme de la foi, et de la poursuite de sa croissance.

Le jeu est un phénomène naturel et spontané que chaque enfant développe dès son plus jeune âge et conserve jusqu'à l'âge adulte. Tout petit, il joue avec ses mains qu'il fait bouger, avec un hochet qu'il agite, ou encore avec une peluche qu'il lance et cherche à rattraper (et le jeu est souvent de la lancer hors de sa portée et de voir maman la ramasser et la lui rendre... pour qu'il recommence aussitôt). C'est ainsi qu'il apprend à maîtriser sa motricité mais la découverte enrichit aussi les aspects intellectuel et affectif. Le jeu est essentiel au bon développement de l'enfant : c'est en répétant le même geste, le même jeu, qu'il comprend le fonctionnement des choses. ; c'est en imitant, par jeu, l'attitude des adultes qu'il entre dans leur monde. C'est en inventant, en imaginant, en laissant libre cours à sa créativité que l'enfant comprend petit à petit le monde qui l'entoure, mais aussi qu'il accède à la dimension sociale à travers les activités collectives, nouveauté primordiale de l'école maternelle, et qu'il poursuivra tout au long de sa croissance.

Lire la suite