Eveiller
Éveiller un enfant à la Foi c’est l’accompagner dans la découverte de Dieu, l’initier à la vie chrétienne par la prière, les fêtes et les rites. C’est l’aider à prendre conscience du trésor d’amour que Dieu a déposé dans son cœur et l’inviter à le rencontrer. Éveil à la Foi et éveil à la Vie sont en réalité indissociables."
Site internet de la Conférence des évêques de France

Personne n'en sera étonné, nos petits-enfants commencent par être des bébés... Ils ont tout à découvrir, le leur faire découvrir est d'abord le rôle de leurs parents. Notre rôle de grands-parents est d'enrichir cette découverte. Dans tous les domaines, l'éveil d'un enfant ne peut se faire fructueusement qu'en famille. L'école peut prendre le relais : mais tous les instituteurs sentent bien les difficultés qu'ils rencontrent quand un enfant est laissé à lui-même ; et tous diront à quel point c'est agréable de travailler avec un enfant "éveillé"...

Un enfant ne s'éveille pas tout seul : il ne peut pas comprendre tout seul le monde qui l'entoure, les sentiments et les pulsions qui l'assaillent, le comportement des adultes et des jeunes qu'il observe. Il a besoin de guides, en premier lieu des parents. C'est à ce prix qu'il se construira - et ça prendra des années - ses propres repères.
L'éveil de la foi est donc, comme dans tous les domaines, une responsabilité des parents. Aucun prêtre, catéchiste, animateur, aucun groupe, aucune célébration, et même aucun grand-parent, ne le feront sortir de lui même si les parents n'ont pas balisé le chemin et s'ils ne l'entretiennent pas régulièrement.

Oui, mais... C'est plus facile à dire qu'à faire !
Dans beaucoup de situations, les parents tâtonnent et se débrouillent. Celui de la foi est beaucoup complexe. Parce qu'il est plus abstrait, parce qu'on s'y sent moins à l'aise, parce qu'on s'y sent moins aidé ? Un peu de tout cela, sans doute... Et si seulement il y avait des recettes...
Tant que 2 + 2 feront 4, il restera des domaines de stabilité où on se sentira à l'aise. Mais celui de la foi restera un espace d'aventure. S'il y avait des recettes, d'une part ça se saurait parce que les églises seraient pleines, d'autre part ce ne serait plus la foi.
Aussi notre rôle de grands-parents est il complexe et dépend de multitudes de facteurs, engendrant des situations variées :
  • Nos enfants suivent la route que nous leur avons proposé : notre rôle consiste avant tout à renforcer l'éveil qu'ils proposent à leurs enfants, en respectant la ligne qu'ils suivent ; s'il y a des inquiétudes ou des désaccords, c'est avec eux qu'il faut en parler.
  • Nos enfants ne sont pas contre mais ce n'est pas leur priorité, au pire ils sont indifférents : nous pouvons jouer un rôle actif à l'occasion de rencontres avec nos petits-enfants ; même si nos propositions ne sont pas relayées par nos enfants, nous pouvons devenir des repères pour nos petits-enfants et éveiller leur curiosité.
  • Nos enfants gardent un mauvais souvenir de leur enfance, ou leur conjoint est braqué contre le spirituel : notre rôle est particulièrement délicat, même si leur comportement nous fait souffrir, notre position ne nous permet pas de nous opposer frontalement à eux ; les premières victimes en seraient nos petits-enfants. Nous pouvons profiter des situations qui se présentent, avec discrétion, délicatesse, discernement...

Pour en savoir plus :